La grille horaire est ajustée à votre fuseau horaire [11H00 HE]. Vous pouvez changer de fuseau horaire à l'aide du bouton dans le coin à droite.

X

Blogue Unis

Blogue Unis

retour aux blogues

Le chant des baleiniers

ÉCRIT PAR : Jocelyne Thomas
PUBLIÉ LE : 23 juin 2017

Saddle Island, TNL

La présence des Basques dans la région de Terre-Neuve et du Labrador est un fait qui n’est pas toujours bien connu. Ce peuple de culture unique, dont les régions sont partagées entre l’Espagne et la France, est venu pour le poisson – mais a vite établi d’importants centres pour la chasse à la baleine. Pendant près de cent ans, au 16e et 17e siècles, ils ont développé cette industrie au sud-est du Labrador ainsi que sur la côte nord-ouest de l’ile.

De nos jours, il ne reste guère de traces de leur passage par ici – que quelques noms de lieux tels que Port-au-Basques, Barachois et certains mots comme bacalao. Mais dans les années 1970, des fouilles archéologiques ont commencé à mettre à jour des vestiges de stations de pêche à la baleine, où l’on découpait les baleines et faisait fondre la graisse, qui était ensuite transportée par bateau jusqu’en Europe.

HeapMedia27811
Red Bay, au Labrador, est la plus connue de ces stations. Nommé comme site d’héritage mondiale UNESCO en 2013, on y trouve des restes de barils de transport, des outils, des épaves de bateaux… et des lieux hantés. Sur l’île de « Saddle Island », qui protège l’entrée du port de Red Bay et qui fait partie du site patrimonial, on retrouve des fondoirs, des tas de tuiles rouges qui servaient à la construction, et un cimetière dans lequel étaient enterrées près de 140 personnes, des baleiniers morts à la tâche ou de maladie au cours de leur séjour au Nouveau Monde. Ce cimetière a été découvert pendant les années 1980, lors de fouilles archéologiques dans la région. Les habitants de cette île – deux familles de gardiens du phare – connaissaient déjà les monticules funéraires, mais comme il n’y avait pas de pierres tombales, ils les prenaient pour des vestiges de jardin potager.


Avec seulement deux familles résidant sur la petite île, la grand-mère d’Alice Moores, ses frères et sœurs, ainsi que ses cousins jouaient et exploraient un peu partout – même autour de ces tas de terre. Riant et courant dans la plus totale insouciance, ces enfants ont pourtant parfois eu la sensation de ne pas être seuls sur leurs terres…

Venez visiter cette île marquée par l’histoire des Basques au Nouveau Monde, et qui, des centaines d’années plus tard, nous montrent encore des liens avec le passé – des vestiges physiques, mais aussi surnaturels…!

Suggestion